Aider

Les sanctuaires d’animaux : après l’exploitation, la liberté, enfin !

Coco en mode tranquille
Coco en mode tranquille

Ce billet s’inscrit dans le cadre des eco-défis 2015 de Natasha du blog Echos Verts, le thème du mois de mars est : « Apprendre à connaître, respecter et protéger les animaux ».

J’ai découvert le sanctuaire de Mino Valley Farm grâce à Instagram, ils postent régulièrement des photos des animaux qui sont leurs pensionnaires, principalement des moutons, cochons, chèvres, boucs, vaches, poules et même des pigeons. Ce sanctuaire recueille les animaux victimes de l’élevage industriel dont personne ne veut plus parce qu’ils ne sont plus productifs…Un animal malade, blessé ou devenu stérile n’est pas rentable, il finit soit dans un enclos où on ne lui donnera plus à manger ni à boire et agonisera seul (désolée mais c’est la triste vérité) soit à l’abattoir.

Grâce à ces anglais installés en Galice (Espagne) dans un très bel endroit, les animaux trouvent une vie de liberté, d’amour, sans souffrance et sans peur, au grand air.  J’ai une profonde admiration pour ces bénévoles qui sont des héros, ils permettent aux animaux d’avoir enfin une vie digne de ce nom et doivent gérer le fait que certains animaux, bien qu’enfin libres ne survivent pas aux sévices endurés toute une vie. Les soins et l’amour ne peuvent pas toujours faire des miracles…

frodo

Les animaux qu’ils récupèrent ont tous des histoires effrayantes et bon nombre d’entre eux mettent beaucoup de temps avant de se laisser approcher, avant d’accepter qu’un être humain leur montre de l’affection. C’est le genre d’histoires qui nous font prendre conscience de ce qu’endurent les animaux d’élevage et qui renforcent notre compassion ou la suscite, tout simplement.

Je ne sais pas pourquoi j’ai toujours aimé les moutons, je les trouve rigolos, ils ont des têtes toutes petites sur des corps assez sportifs et des pattes toutes fines, on a tout de suite envie de les protéger, ils ont l’air si purs et innocents. Quand j’ai vu qu’on pouvait sponsoriser un animal, même s’ils sont tous absolument adorables, j’ai jeté mon dévolu sur l’élégante Coco. Après des années à mettre au monde des agneaux qui étaient automatiquement séparés d’elle pour être tués, Coco est tombée malade : à chaque nouvelle gestation, elle faisait une fausse couche. Son propriétaire, excédé devant un animal qui ne rapportait plus d’argent a décidé de l’abattre mais… un vétérinaire a appelé l’équipe de Mino Valley Farm (comme dans les films de super-héros !) et ils l’ont tout de suite admise parmi les autres pensionnaires ! Aujourd’hui Coco est au sanctuaire depuis un peu plus d’un an et elle a toujours beaucoup de difficultés à venir réclamer des caresses, elle craint encore les êtres humains malgré tout l’amour et les soins dont elle bénéficie.

On peut sponsoriser un animal en donnant à partir de 5 € par mois, c’est peu pour nous et ça change tout pour eux. Si on ne peut pas s’engager sur une somme mensuelle, on peut faire un don unique du montant de son choix (sécurisé par Paypal). Les sanctuaires d’animaux ne vivent que grâce aux dons des amoureux des animaux, ils ont eux aussi besoin de nous.

Le meilleur moyen de connaitre les animaux est encore de les côtoyer : les refuges pour animaux ont besoin de bénévoles ! C’est le cas de Mino Valley Farm qui accueille les bénévoles plutôt en période estivale (il fait très chaud en Galice, gare aux coups de soleil !), voir leur page sur le site. L’avantage de ces refuges c’est qu’ils accueillent des animaux que nous connaissons mal et qui pâtissent d’une image déplorable (« les cochons sont sales », « les poules sont stupides » et j’en passe). Pour se rendre compte que les animaux d’élevage sont des êtres sensibles et intelligents qui méritent la vie plutôt que de finir dans nos assiettes, quoi de mieux que de les côtoyer au quotidien ? Attention, être bénévole est un travail…non rémunéré, il ne faut pas s’engager à la légère. On se lève tôt, on nourrit les animaux, on nettoie leurs enclos, on leur fait des caresses bien sûr mais on est en quelque sorte à leur service (pour une fois !). Vivre avec des animaux devenus libres, même si ce n’est que l’espace de quelques jours, aide à les comprendre et renforce l’idée que c’est à nous de les protéger. Respecter les animaux c’est respecter la planète sur laquelle nous vivons et nous respecter nous-mêmes, c’est un tout. Comme le dit Matthieu Ricard : « Nous vivons dans un monde essentiellement interdépendant, où le sort de chaque être, quel qu’il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s’agit donc pas de ne s’occuper que des animaux, mais de s’occuper aussi des animaux ».

D’autres  sanctuaires d’animaux que vous pouvez aider ou vous rendre en tant que bénévole (il n’y en a pas en France, ça tombe bien, comme ça on en profite pour voyager un peu !) :

En Angleterre : http://www.thefarmanimalsanctuary.co.uk/index.php

Aux Etats-Unis : http://www.sashafarm.org/

En Italie : http://www.horseprotection.it/index.asp

Pour la liste entière, voir ici : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_animal_sanctuaries

 

bruce

harrison

zach

rescuedhens

jett-the-pigeon

lunaandjorge

heisenberg

lunabottle

florandrubia

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Les sanctuaires d’animaux : après l’exploitation, la liberté, enfin ! »

  1. J’hésitais entre Olive et Troy et on ne peut pas sponsoriser ceux là. J’ai fait une donation directe comme ça c’est plus simple. C’est bizarre depuis quelques semaines c’est un truc auquel je pensais mais je ne savais même pas que ça se faisait et je suis venue lire tes derniers articles:)

    J'aime

  2. C’est génial! 🙂
    La question que je me pose c’est pourquoi n’y en a-t-il pas en France? Parce qu’on a encore du chemin à faire? Parce que personne n’y a pensé?

    En tout cas je découvre ce genre de sanctuaire et j’ai un profond respect et une profonde admiration pour tous ces personnes qui ont eu l’initiative de le faire et pour tous les gens qui contribuent à leur bien être!

    Et j’adore l’idée de « parrainer » un animal. Je mets le lien en favoris pour y penser quand je serais bien installée et que mes finances le permettront

    Bravo et merci à Natasha des Echos Verts pour cette belle découverte

    J'aime

    1. Bonne question. Probablement parce que c’est très compliqué à mettre en place et d’obtenir les autorisations etc J’espère vivement qu’il y aura ce type de sanctuaire en France et je dois dire que mon objectif à long terme est d’en créer un 🙂 Et je ne suis pas la seule à le souhaiter !

      C’est génial de parrainer un animal, tu reçois de ses nouvelles, tu le vois évoluer, ça redonne foi en l’humanité 🙂

      Merci pour ton commentaire 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s