Bla bla bla

Un week-end avec des viandards

Le week-end à la campagne avec des omnivores, ce n’est jamais une partie de plaisir. Pourtant, je suis tolérante pour une vegan (^^), j’accepte de partager mes repas avec des gens qui mangent des plateaux de fruits de mer avec des crabes coupés en trois, du veau mijoté pendant des heures, des rillettes de sanglier et de lapin. J’ai eu le sentiment qu’ils n’ont ingéré que de la viande tout le week-end, comme s’il était inconcevable de faire des repas de fête sans participer au massacre des animaux.

J’ai accepté d’entendre « Non mais je te comprends complètement, c’est clair que c’est un massacre horrible » de la part d’une personne qui vient d’ingérer un poulet mort avec délectation. J’ai accepté d’entendre « Succulent l’osso bucco, vraiment ce veau est délicieux » ou encore « Les rillettes de lapin, quelqu’un en veut encore ? ». Et le désormais fameux « Non mais nous on achète que de la viande bio ». C’est le bœuf qui doit être content haha. Oh et le « Même pas du poisson ? ». Je me demande ce que c’est pour eux le poisson, pas un animal visiblement.  A la fin du week-end, l’un des invités est parti et m’a dit « Attention à ce que tu manges » en me faisant la bise et j’ai répondu « Toi aussi ! ». Le pire c’est que ce ne sont pas des gens mauvais, ils sont plutôt sympas et cultivés. Mais ils ne conçoivent pas qu’on puisse refuser de participer à l’exploitation animale. Manger du miel c’est normal, tant pis si on tue la Reine parce que « de toute façon les abeilles le font aussi ». Oui mais nous ne sommes pas des abeilles ! (et c’est quoi cette histoire d’abeilles qui tueraient leur Reine ?). Nous décidons de profiter de leur miel alors qu’il ne nous appartient pas. J’ai eu droit à « Pauvres abeilles » suivis de rires gras. Parfois je rêve que les abeilles deviennent géantes et tuent tous les omnivores, comme dans les films de série Z. Je crois que je vais m’improviser réalisatrice pour calmer mes nerfs parce que malgré les bons moments j’ai frôlé la crise de nerfs plus d’une fois ce week-end. J’ai préféré fuir que de continuer à entendre des phrases telles que « Moi je n’aime pas le lait mais comment tu fais pour t’en passer, je veux dire, même dans des plats, la crème, tout ça, c’est impossible ». J’ai facepalmé pendant trois jours et mon cœur a saigné à chaque fois que j’entendais que le veau était délicieux. Le veau est un être vivant, pas de la viande, bande de fils de …oups.

jolisbébésveaux

On m’a demandé si les protéines animales me manquaient. Alors qu’on le sait, la vraie question c’était « Mais le goût de la viande ne te manque pas ? ». Il m’est très difficile de ne pas répondre « Non le goût de la mort ne me manque pas ». Je ne veux pas m’isoler du groupe, je veux tout de même essayer de participer mais comment faire ? Je ne veux pas choquer mais j’ai raison, la viande c’est un cadavre d’animal et je suis vraiment désolée de leur rappeler une vérité que personne ne peut contester ! Et au retour dans la voiture, j’entends sur France Inter que le quinoa remplace la viande pour les végétariens. Le cauchemar, jusqu’au bout… Je crois que ma vie sociale va encore en prendre un coup, entre les amis qui ne veulent pas manger végé et ceux qui continuent de s’inquiéter pour ma santé (ils n’ont pas vus que j’ai pris des kilos ou quoi ?), je préfère rester seule avec mes livres et mes chats. Parce que la bonne nouvelle c’est que nous avons adoptés deux chatons, Max le mâle et Charlie la femelle, ils ont découverts les joies de la vie à la campagne !

Max au coin du feu
Max au coin du feu ❤
Charlie en plein soleil
Charlie en plein soleil
En mode camouflage...
En mode camouflage…

 

 

 

Publicités

22 réflexions au sujet de « Un week-end avec des viandards »

  1. Comme il tombe bien cet article. Moi aussi ce week-end était sympa (rires…): certains membres de ma famille ont voulu savoir précisément pourquoi je ne mange pas/plus de viande. Alors j’ai souris en lisant le « même pas du poisson ?  » dans ton article; question qui m’a été déjà été posée mille fois. Je crois bien que le fait de voir seulement le thon en boîte a fait oublier à la majorité de la population que les poissons sont aussi des animaux. Bref, au bout de X remarques, j’ai finalement répondu que « non, moi je ne mange pas de cadavres ! » D’autre part, j’ai remarqué qu’une grande partie des discussions autour de la nourriture sont agitées et même si je parle calmement, je finis toujours pas me faire agresser. C’est comme si je transgressai une règle très importante pour eux en ne faisant pas comme eux. Bref…Merci pour ce partage. ça fait du bien d’entendre que d’autres supportent les mêmes petites galères 😉

    J'aime

    1. Aujourd’hui j’apprends qu’on m’a trouvée agressive ce week-end, sans doute parce que j’ai dit que c’était étonnant de penser qu’on avait été obligés de créer le mot « viande » pour oublier qu’il s’agit d’animaux morts qu’on mange…Cela dit ils ont continué à manger du veau à outrance hein, faut quand même pas déconner. Un jour nous vaincrons, d’ici là, c’est pas gagné ! 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Justement je pense à tes chatons tous les jours. C’est qu’ils ont de bonnes bouilles!!!! Ce week end j’ai fait un stage de découvertes de plantes comestibles et bien j’ai rencontré des gens de tous âges qui commençaient ou étaient sensibilisés à la cause animale. Tu vois ça fait son chemin.

    J'aime

  3. Il est génial, cet article… Il illustre très bien la position « cul entre 2 chaises » que je ressens souvent entre mes potes véganes militants et mes amis de la vraie vie.
    Tu viens de temps en temps lors d’événements végans ou/et militants à Paris ? Comme la Marche pour la fermeture des abattoirs demain ?
    En tout cas, je partagerai ton texte sur la page FB de la Veggie Pride la semaine prochaine, je pense que ça touchera pas mal de monde 🙂

    J'aime

    1. Merci Sabrina ! Tu as bien de la chance d’avoir des potes vegans, en ce qui me concerne aucun de mes amis n’est vegan, ça limite les actions militantes. Heureusement j’ai rencontré une fille vegan lors d’un atelier de cuisine végétale il y a deux mois mais …elle non plus n’a aucun ami vegan ! Ambiance seules au monde un peu 😦

      Merci de partager mon texte ! (je ne serai pas à la marche, je suis dans le Sud en ce moment).

      J'aime

      1. Je ne connaissais pas d’autres vegans avant de me décider à militer, assez rapidement, d’ailleurs (je suis végétarienne depuis moins de 3 ans et végétalienne depuis un an). Le fait d’être à Paris joue beaucoup, j’en ai conscience, car les militants y sont nombreux. Avoir rencontré toute l’équipe L214, les militants de terrain, ceux qui dédient leur vie à ça, ça m’a élevée vers le haut, je suis hyper fière de les connaître 🙂
        Et du coup, paf, je me suis lancée et puis là, j’organise la Veggie Pride 2015, carrément ! J’espère que tu nous y rejoindras les 10 et 11 octobre. Quoi qu’il en soit, je continuerai à te lire avec plaisir !

        J'aime

    1. C’est vrai qu’on a de la chance d’être à Paris ! Pour être tout à fait honnête avec toi, j’ai pour le moment été assez échaudée par les vegans que j’ai rencontrés, peut-être que je n’ai pas eu de chance mais ça n’a pas fait tilt du tout. Ma façon de militer c’est ce blog et je me dis que c’est déjà pas mal. Cela étant il faudrait que je sorte de ma grotte oui 🙂 Et c’est clair que c’est plus facile à deux !

      J'aime

      1. Je peux comprendre ! Y a de tout chez les vegans, mais moi j’ai eu du bol, j’ai rencontré pas mal de gens ouverts, drôles, sympas et assez admirables dans leur engagement. Tout ça pour dire que ce serait un plaisir de te rencontrer, quoi 😉

        J'aime

  4. Super article ! Qui ne s’est jamais retrouvé dans cette situation ?

    Par contre : Oui, les abeilles tuent la reine lorsque celle-ci vieillit. Elle devient moins performante niveau ponte et déplacement dans la ruche. Du coup, vu qu’elle met du temps à aller à l’autre bout de la ruche, les abeilles se sentent abandonnées, sans reine, et vont en créer une nouvelle en formant une cellule royale, en y plaçant une larve et en la nourrissant de gelée royal. Si la reine est encore assez forte, elle détruira la cellule ou cette nouvelle reine est entrain de se former. Sinon, la nouvelle reine naîtra et les abeilles feront un choix. Soit, une partie part avec l’ancienne reine et l’autre reste avec la nouvelle (essaimage), soit ils tuent la + faible, celle qui n’aidera pas à la survit de la ruche, donc l’ancienne. C’est ainsi que pas mal de reine, au lieu d’atteindre le 5 ans de vie ne vive que 3 ans. Triste…

    J'aime

      1. Pas de quoi 🙂
        Oui puis c’est une question de survit pour les abeilles…
        Pour nous, c’est rien du tout.
        Et la gelée de pissenlit c’est tellement bon ! A consommer avec modération ^^

        J'aime

  5. Bonsoir, je tenais à réagir à votre article que j’ai trouvé intéressant mais que j’ai aussi trouvé révélateur de l’incompréhension qui règne entre vegan et omnivores.
    Incompréhension, ou plutôt intolérance, et souvent des deux côtés. Personnellement, même si je comprends tout à fait ce choix et ce mode de vie, qui fait d’ailleurs que je réduis naturellement ma consommation de viande, je considère que la réponse  » parce que je ne mange pas de cadavre » est en elle même une provocation, et montre en quelque sorte une forme de mépris envers ceux qui mangent de la viande,( dont il vous plait de marteler qu’elle est « morte » , je vous rassure, quand je mange un filet de bœuf, je sais qu’il ne va pas partir en courant) et qui le font parce qu’ils aiment ça, en partie parce que c’est ancré dans notre culture et depuis longtemps.
    Les modes de vie et points de vu divergent, et votre article respire le mépris du « viandard », pour des raisons que je comprends parfaitement. Vous dites etre « tolérante » parce que vous partagez votre repas avec des gens qui mangent du veau mijoté. Quel geste qui montre votre grand cœur ! Il me semble que les omnivores – qui certes se moquent de vous pour d’aussi mauvaises raisons que vous les méprisez – vous acceptent également à leur table sans faire trop d’effort.
    Alors oui, il est normal de votre part et cela ne doit pas constituer un immense effort d’accepter d’entendre que l’osso bucco etait délicieux, car cela s’appelle le respect de l’autre, la tolérance envers ceux qui sont différents de vous, et c’est meme tres sain de parler de nos différences en partageant un repas.
    « Le pire, c’est que ce ne sont pas des gens mauvais » . Décidément, quelle grandeur d’âme d’accepter l’idée que les non vegans restent des gens à la limite du fréquentable !
    J’ironise, forcément. Et avec bienveillance. Car le veganisme (ca se dit ? 😉 ) est fondé sur des principes et des valeurs difficilement contestables. Au point que vous êtes de plus en plus nombreux et que certaines personnes diminuent leur consommation de viande ou décident de ne consommer que de la viande élevée , nourrie et (oui, désolé) abattue dans des conditions dignes. Je sais que ces mots font saigner vos yeux…
    Bref, rien de pire que le « jugement » permanent. Tolérez les mangeurs de viande, ils vous le rendront bien. Quant aux abrutis, ils ne valent pas la peine de se torturer intérieurement.

    J'aime

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire. Tout d’abord je suis d’accord, l’incompréhension voire l’intolérance dans certains cas, est des deux côtés. Lorsqu’on annonce qu’on ne mange pas de viande (et je ne parle même pas du lait et des œufs), j’ai remarqué que l’entourage se sent agressé probablement parce qu’on le force à voir la réalité en face : les animaux passent une « vie » misérable et sont tués dans des conditions atroces, le mangeur de viande préfère ne pas se rappeler que la viande a été un animal vivant. Et si cela vous semble évident, sachez que c’est loin d’être le cas de la majorité !

      Le terme « viandard » est péjoratif mais il n’est pas employé spécifiquement par les végés… Je maintiens que je pense être une personne tolérante, j’accepte de partager un repas avec des personnes qui se moquent de mon mode de vie et de mon alimentation et qui par ailleurs m’empêchent de déguster mon plat avec leurs questions incessantes. Je peux vous promettre que si ce week-end là j’avais annoncé que je cuisinais chaque repas sans viande et produits animaux, personne n’aurait accepté, personne ! Je ne l’ai pas écrit dans le billet mais j’avais fait des cookies qu’ils se sont empressés de dévorer sans un merci, alors oui je suis tolérante et j’ai un grand cœur, je cuisine pour ceux qui m’agressent et avec le sourire en plus ! (bonne poire, voilà ce que je suis)

      Bien évidemment que les viandards m’acceptent à leur table, je ne mange pas de viande, ça en fait donc plus pour eux ! ^^ Les remarques désobligeantes à base de « les plantes aussi elles souffrent », « j’aime beaucoup trop le goût de la viande moi je sais pas comment tu fais », « à cause de toi les animaux vont disparaitre ! » etc c’est automatique en présence d’une tablée d’omnivores, c’est répétitif, toujours les mêmes questions, toujours la même désinformation, toujours les mêmes rires gras, toujours le même mépris. Ma propre grand-mère a refusé de goûter mon plat vegan préparé avec amour, carrément refusé, l’intolérance existe bien chez les mangeurs de viande, je ne délire pas, je le vis au quotidien. Alors oui moi aussi parfois je suis dans le mépris parce que je suis fatiguée de sans cesse devoir me justifier comme je suis en train de le faire en répondant à ce commentaire…

      Quant à la viande élevée et nourrie dont vous parlez, ce n’est pas de la viande, ce sont des animaux (désolée aussi) qui sont élevés pour être tués souvent sans étourdissement, découpés encore vivants, c’est la triste et révoltante réalité. Manger des animaux qui ont été abattus dignement, je ne sais pas ce que ça veut dire. Tuer sans faire souffrir (si cela existe ce dont je doute) reste tuer. Cette histoire de « mort digne » est à mon sens l’un des nombreux subterfuges pour permettre aux mangeurs de viande de ne pas culpabiliser. Je ne vois pas en quoi ce serait plus acceptable moralement de consommer un animal qui n’aurait pas souffert lors de sa mise à mort, vraiment je trouve ça profondément hypocrite et absurde.

      Pour finir, je n’ai pas créé ce blog pour débattre de la question de la condition animale ou passer tout mon temps à écrire des commentaires pour justifier mon choix de vie. J’ai créé ce blog pour être entre personnes bienveillantes qui partagent mon amour des animaux, je me fais déjà agresser IRL, c’est bien suffisant, vous ne serez donc pas étonné si je ne souhaite pas aller plus loin. Merci.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s