Bla bla bla

Comment survivre aux fêtes de Noël quand on est vegan ?

lola-lollipop

C’est une question que je me pose beaucoup en ce moment… Je crois que nous sommes nombreux à nous demander comment nous allons survivre aux fêtes de Noël, isolés parmi des personnes qui se régalent de foie gras et autres atrocités. Je ne suis pas la seule et c’est ce qui me donne du courage !

Cette année, pour la première fois de mon existence, je ne passe pas Noël avec ma famille. Je passe Noël dans ma belle-famille qui adoooore la viande sous toutes ses formes. Plateaux de fruits de mer, viandes marinées, charcuteries, c’est clairement le festival de l’animal mort chez eux. La fameuse tradition. De la bonne viande bio parce que c’est bon pour la santé, croient-ils. Lorsque j’ai proposé de faire moi-même un repas de Noël entièrement vegan (pour 10 quand même, je suis cool alors que je bosse le 24 hein), disons que ça n’a pas été chaleureusement accueilli. Ma belle-mère, que j’aime beaucoup par ailleurs, souhaite que nous préparions tous de bonnes choses ensemble pour ce repas de fêtes. Sauf que nous n’avons pas du tout la même notion de ce qu’est une « bonne chose ». Pour ne pas la contrarier j’ai dit « Oui » mais je compte préparer des plats vegan à l’avance chez moi et les apporter au repas. Ma mère m’a appris qu’il faut toujours dire « Oui » puis faire comme on l’entend. L’un des plus précieux conseils reçus je dois dire.

Je vais préparer des plats vegan non pas uniquement pour moi et mon amoureux mais aussi pour eux, pour qu’ils découvrent la cuisine que je pratique au quotidien. Ils ont déjà eu l’occasion de goûter à mes cookies et bien que tout le monde en raffole j’avais eu droit à « On sent qu’il n’y a pas de beurre, je préfère avec du beurre » (ils sont Normands, ça n’aide pas). Je ne me suis pas vexée pour autant même si ça reste agaçant d’entendre ce genre de commentaire. Mais c’est ma belle-famille et je suis partie pour devoir les supporter encore longtemps donc autant essayer d’être cool même quant au fond on a la rage.

Voici quelques conseils pour passer un repas de fêtes sans embrouilles avec des omnivores :

*Apporter des plats vegan pour tout le monde, s’ils ne sont pas appréciés ou moqués, rappeler simplement que Noël est un moment de partage et qu’on essaie (« trop bons, trop cons ») de leur faire découvrir autre chose, sourire puis se dire que ça en fera plus pour nous !

*Si quelqu’un demande pourquoi on est vegan, répondre qu’on est prolixe sur le sujet mais que ce n’est pas la meilleure idée de se lancer maintenant en plein repas.  Réduire à « Je refuse l’exploitation animale » et accepter de se faire traiter de hippie. Si la personne est intéressée par nos motivations et notre mode de vie, proposer d’en parler hors groupe ou d’envoyer un email avec des infos sur le véganisme. L’idée c’est de ne surtout pas se retrouver face à dix personnes contre soi. Il n’y a rien de plus désagréable, surtout le soir de Noël…

*A la moindre remarque nulle du type « Mais les plantes aussi elles souffrent », surtout ne pas répondre à la provocation, serrer les dents, répondre quelque chose d’évasif. Si les commentaires persistent, ne pas hésiter à lancer un autre sujet fâcheux genre la politique au hasard, et veiller à ne pas participer à ce débat (puis rire intérieurement haha).

*Vous ne supportez plus ce repas catastrophique ? Pensez aux animaux et réjouissez-vous de ne pas participer à ce massacre. Se rappeler que ce qu’on endure ce soir ce n’est rien comparé à ce qu’ils endurent à chaque seconde depuis leur naissance.

*Sourire. Rester courtois. Il ne faudrait surtout pas qu’ils pensent que tous les vegans sont agressifs et mal élevés ! [Si quelqu’un se demande pourquoi je n’écris pas « véganes », en gros pour les mêmes raisons que je n’écris pas « courriel ». Fin de la parenthèse.]

* Si on vous demande pourquoi vous n’avez pas fait l’effort de manger « au moins du poisson », répondre que le poisson est un animal jusqu’à preuve du contraire et que les vegans ne mangent pas d’animaux. Si on vous dit « Même les moules ? Mais ce n’est pas intelligent, une moule », gentiment expliquer qu’en tant que vegan on refuse l’exploitation animale. Ne pas hésiter à prétexter à aller « faire un tour à la cuisine » pour décompresser. Rapporter du vin de la cuisine. Beaucoup de vin.

*Ne pas hésiter à servir du vin aux omnivores en espérant qu’une fois ivres ils oublieront le sujet du véganisme. Si vraiment ils insistent leur demander comment est clarifié le vin selon eux ? Leur apprendre dans la joie et l’allégresse que le vin qu’ils boivent contient des particules de peau et d’os de cochon ou de bœuf. Noël c’est le partage, non ? 🙂

Si vous avez d’autres conseils, je suis preneuse !

Et empêchez-moi (ou pas) de porter ce t-shirt le soir du réveillon :

vaute-couture-animals-are-my-friends

Publicités

10 réflexions au sujet de « Comment survivre aux fêtes de Noël quand on est vegan ? »

  1. Bon courage ! Nous n’avons pas ce problème, on passe tout les Noëls chez mes parents à qui j’ai fait comprendre que s’il y a avait des cadavres à table le soir de Noël (pas compatible avec un esprit de fêtes), on ne viendrait pas et ce ne serait pas grave (le chantage c’est mal, je sais). Alors comme ils préfèrent nous avoir et que depuis toujours je cuisine une grosse partie du dîner, ils acceptent. Pour le t-shirt, perso je trouve l’idée excellente, il faudrait juste en trouver une version à paillettes et le tour est joué. Je n’ai pas de conseils mais tout mon soutient (vraiment) à te donner. K.

    J'aime

    1. Chez mes parents non plus, pas de problème, mon père est vegan aussi et ma mère mange moins de viande, ils sont d’accord pour faire un Noël sans cruauté !

      J’appréhende tellement et nous ne sommes que le 7 décembre….vivement 2016 !!!

      Y’avait pas de version à paillettes mais je peux mettre un gilet à paillettes par-dessus, ça j’ai héhé

      Merci pour ton soutie, K.

      Aimé par 1 personne

      1. Pas de quoi. En tout cas la chance : un père vegan, le mien se nourrit exclusivement de viande et de fromages (sauf en notre présence), et malheureusement, c’est pas près de changer. Va pour le gilet à paillettes, go 70’s vegan alors ! K.

        J'aime

  2. Très bon article ! Même en étant végétarienne je reçois pas mal de critique et c’est compliqué les repas de fêtes avec tous le monde qui propose de la charcuterie et de la viande !
    Porte donc ce beau t-shirt 😉 !

    J'aime

  3. J’adore ta plume, et c’est tellement vrai ! Rien qu’hier j’ai eu un « je te fais du veau vegan ? » pour la fête de Noël des copains vendredi prochain, et encore aujourd’hui « je t’invite à un bbq vegan, tu prends quoi avec ta côté de boeuf ? ». On rame, c’est sûr… Pourtant moi j’ai la chance d’avoir des amis et une famille qui, après un certain temps d’adaptation et quelques vannes qui fusent encore, se donnent toujours la peine de prévoir à manger pour moi lorsqu’ils me reçoivent, je suis ébahie que ça se soit fait tranquillement mais sûrement. J’imagine que ça a quelque chose à voir avec mon énorme gourmandise et la passion que je mets à parler de la cuisine végane. Peut-être est-ce cela le bon angle pour aborder le sujet d’une façon qui regroupe tous les autres gourmands ? Bon courage pour tes Fêtes

    J'aime

  4. Je ne sais pas si je t’ai dit que j’ai participé à un pique nique Vegan cet été et comme participation j’avais fait un carrot cake. Il y avait pas mal de choses sympa à déguster. Lorsque je fais mes courses je pense à toi parce que je mange de moins en moins de viande, je suis sensibilisée. Pour m’en débarrasser je vais pas à pas. Pas question que ce soit une toquade. Voir quelqu’un qui mange une côte de boeuf( de vache laitière en fin de vie en fait) qui parle sans arrêt avec celle qui est en face de lui, est ce que ça vaut la vie et la souffrance d’un animal? J’en suis là.

    J'aime

  5. (Attention racontage de vie). Je passe le reveillon de Noel chez moi avec ma famille (enfin chez mes parents quoi) ce qu’il sera assez simple pour cuisiner (je vais ME cuisiner des petits plats 100% Vegan) même si je vais devoir me prendre quelques remarques en pleine tête… Le pire c’est que comme chaque année nous allons dans ma famille… Ce ne sont pas des provegan… Le foie gras, le canard ou encore d’autre plats de cadavres d’animaux…. en plus mon oncle est chasseur, bref ça va vraiment être dur, surtout que c’est mon premier noël ou je mangerai vegan… même si je les ai déjà prévenu je vais devoir éviter les répliques… je suis heureuse de ne pas être seule dans le même cas…
    Bon courage

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s