Bla bla bla

Bilan après deux années de véganisme

2yearsveganniversary

Le 2 avril dernier je fêtais mes deux années de véganisme. Autrement dit c’était mon « veganniversaire », terme que j’affectionne beaucoup (pourtant je ne suis pas fan des néologismes). J’ai passé ce jour-là avec des êtres humains et des animaux que j’aime au sanctuaire de Mino Valley en Galice. J’ai même eu droit à un cheesecake cru à la fraise absolument délicieux (il faudra que je mette la recette sur le blog !).

Il y a deux ans j’ai pris la décision de changer de mode de vie (et non de régime alimentaire). Si je l’ai fait pour les animaux uniquement, deux ans après je peux dire que mon véganisme m’a ouvert les yeux  sur des sujets dont je ne me préoccupais pas avant. En devenant vegan, je me retrouve ipso facto dans la case des minorités. J’en parlais avec un ami qui s’est converti à l’islam il y a dix ans et clairement ce qu’il a vécu à ce moment-là, je le vis aujourd’hui.  Peu de personnes vous disent « Si tu es heureux (se) alors je le suis aussi ». Je sais ce que cela fait de se sentir seul(e), incompris(e), parfois désespéré(e) et de devoir se justifier, répéter inlassablement les raisons qui me font croire que je suis dans le vrai en refusant l’exploitation animale sous toutes ses formes. Je supporte les moqueries et les incompréhensions ; paradoxalement je ne me suis jamais sentie aussi forte parce que je suis heureuse du chemin que prend ma vie depuis deux ans. Je me sens en harmonie avec la personne que je suis et j’ai le sentiment d’avoir trouvé le sens de ma vie. Grâce au véganisme c’est un peu comme si je naissais une seconde fois !

J’ai le sentiment d’avoir pris conscience qu’être vegan voulait dire « se soucier de tous les êtres vivants » et pas uniquement des animaux. Aujourd’hui je n’achète plus chez H&M ou Zara parce que les ouvriers qui travaillent pour ces marques sont des esclaves, enchainés à leurs machines tout comme les orques sont enfermés dans des bassins trop petits pour eux. C’est le fameux continuum dont parle Mathieu Ricard : nous faisons tous partie du vivant. Nous sommes co-dépendants, êtres humains et tous les autres êtres vivants. Aujourd’hui je réfléchis à la façon dont je consomme à tous les niveaux, je suis consciente d’avoir encore des efforts à faire pour l’environnement, sujet dont je ne me préoccupais absolument pas il y a deux ans, je refusais de faire le tri de mes poubelles… J’ai à nouveau arrêté de fumer, non pas pour ma santé mais bien parce que mes cigarettes polluent inutilement l’atmosphère et sont de toute façon testées sur des chiens attachés et forcés à inhaler la fumée pendant des heures. C’est la septième fois que j’arrête de fumer mais je sais que c’est la bonne : plus jamais je ne pourrais prendre du plaisir à fumer tout en sachant la souffrance qu’il y a derrière.

J’ai récemment participé à des sorties entre végéta*iens et tous disent la même chose : si la famille a du mal à comprendre, c’est encore pire avec les amis omnivores. En ce qui me concerne j’ai décidé d’arrêter de voir ceux qui se montrent agressifs lorsque je tente d’expliquer calmement que « non, manger de la viande n’est pas un choix personnel, on ne parle pas de choisir une jupe ou un pantalon dans une boutique de vêtements, on parle d’animaux vivants qui ne veulent pas être exécutés ». Je souhaite côtoyer des personnes intelligentes, qu’elles mangent de la viande ou non, des personnes ouvertes d’esprit qui élèvent le débat, des personnes qui respectent mon mode de vie et qui montrent de la curiosité face à ce que je cuisine plutôt qu’un commentaire lapidaire du genre « Non mais attends le tofu jamais ça n’aura le goût d’une bonne côte de bœuf ». Encore une fois, le véganisme m’aura ouvert les yeux. Il y a encore du ménage à faire et de nouvelles personnes qui entrent dans ma vie, finalement tout est question de régulation, les choses se mettent en ordre naturellement.

Pour ceux qui se demanderaient si ma santé va bien, la réponse est OUI. Et pour ceux qui jurent que devenir vegan fait maigrir, heu…perso j’ai pris trois kilos. Et je me sens parfaitement bien 🙂

thebestwaythavepigforlunch

 

 

Publicités

16 réflexions au sujet de « Bilan après deux années de véganisme »

  1. Joyeux veganniversaire !
    Pour moi ce sera mon premier Veggiversaire & mon premier par la même occasion. La prise de conscience & le questionnement continue.
    Ton article fait plaisir à lire & me donne la force de continuer, malgré les quelques critiques assassinent envers les végéta*iens & ceux qui défendent l’antispécisme.

    Bises,
    Marion

    J'aime

  2. Wouahou 2 ans ! Happy veganniversary alors ! Merci pour le partage, moi j’ai fêté mes 1 an y’a 2 mois 🙂 Quand tu dis qu’être vegan c’est se soucier de tous les êtres vivants, c’est vraiment ça 🙂 Alors que souvent on nous reproche de penser qu’aux animaux.
    Bises
    Edelweiss

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai découvert ton blog il y a peu et j’aime bien te lire, ça m’encourage à essayer moi aussi de vivre peu à peu en accord avec mes idées. Le plus dur, je trouve, est de ne pas trop se mettre de pression en recherchant un comportement « parfait » mais plutôt en allant vers un certain équilibre (c’est rare de lire une bloggueuse vegane qui fume par exemple – j’en suis moi-même à ma 55e tentative d’arrêter définitivement – et ça fait du bien car j’ai parfois cette image certainement cliché de la nana impeccable qui n’a jamais perdu patience avec sa mère (c’est un exemple comme un autre pour parler d’une femme qui n’existe pas). Si l’on a bien une chose en commun omnivores et végétariens, c’est qu’on est tous faillibles et incohérents à un moment ou à un autre non ? 🙂

    J'aime

    1. Je suis vegan mais loin d’être parfaite, je ne mange pas bio, j’adore la junk food, je ne fais pas de sport, je fumais et je bois toujours…je dis même des gros mots haha Et je connais pas mal de filles vegan comme moi. Vegan oui mais healthy…pas vraiment. On fait ce qu’on peut hein !

      J'aime

  4. Chère Lazy, tout d’abord bonjour et merci pour ton joli blog que je viens tout juste de découvrir.Je me retrouve parfaitement dans cet article. Ma famille ne veut pas comprendre pourquoi j’ai choisi ce style de vie et se borne à penser que je vais mourir anémiée à 30 ans, que c’est un truc de bobo-écolo-emmerdeur bla bla bla…Donc j’ignore les réflexions stupides et parfois méchantes car je sais que j’ai choisi la bonne voie.Bonne journée 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s