Bla bla bla

Après trois années de véganisme, quel bilan ?

Je fête aujourd’hui le troisième anniversaire de ma nouvelle vie. Je connais la date et je préfère cet anniversaire-là à mon anniversaire de naissance (dont je me fiche éperdument, en même temps je suis née en août, il n’y a rien de plus nul…).

Ce que j’ai compris cette année, c’est qu’on ne pouvait pas être de tous les combats. Bien sûr qu’idéalement j’aimerais être écolo, ne faire souffrir ni les animaux ni les êtres humains, donner aux associations de protection animale mais aussi de protection des enfants, pour la pauvreté ici et ailleurs, être impliquée dans le zéro déchet parce que le plastique est un fléau, ne plus acheter quoi que ce soit de neuf, consommer moins et mieux, que ce soit dans l’assiette ou pour mes vêtements, ma maison. J’aimerais tout ça mais… je ne suis pas parfaite et il n’y a que 24 heures dans une journée.

Mon engagement est auprès des animaux avant tout. Je n’en ai pas rien à faire des humains, simplement, je choisis les animaux avant tout. Il y a des personnes qui se battent pour les droits des femmes, des enfants, moi je me bats pour les animaux…en premier. Je peux m’engager dans d’autres causes mais ma priorité c’est eux. C’est sans doute une cause qui me touche plus qu’une autre. Je fais le maximum pour consommer moins mais c’est difficile parce que c’est une mauvaise habitude que j’aie prise d’être pourrie gâtée, je fais ce que je peux pour limiter mes achats mais je fais des rechutes. Je refuse de m’auto flageller parce que j’achète des chaussures et des sacs chez Newlook et Stradivarius (j’aime leurs collections, tant pis si je vais en Enfer). Je cherche le vegan et le cruelty free avant tout, elle est là ma priorité.

J’adore les bibelots mais je n’achète plus rien en plastique parce que je n’en peux plus de voir des vidéos d’animaux marins avec une paille en plastique coincée dans la narine ou des tortues agonisantes parce qu’elles ont avalé un sac en plastique. Je continue de faire mon chemin, je prends conscience de ce que je peux facilement faire au quotidien. Je ne serais jamais une pro du zéro déchet parce que je consomme pas mal de tofu qui est emballé dans du plastique, pour le reste, je fais moi-même ma pâte à tarte plutôt que de l’acheter (parce qu’on ne trouve pas de fond de tarte sans huile de palme et que j’ai banni l’huile de palme cette année, à 100%). J’ai fait mon premier seitan maison le mois dernier, bref, je deviens de moins en moins lazy par choix ! Je prends de nouvelles habitudes, je me promène avec un sac en tissu pour faire mes courses, j’achète mes oléagineux et mes céréales en vrac, je me pose toujours la question de limiter le plastique, du recyclable.

Aujourd’hui, celui qui partage ma vie est végétarien et complètement vegan chez nous. Je n’ai pas cherché à la convertir à mon mode de vie, il fait son chemin tout seul et j’espère qu’on jour il arrêtera le fromage, mais s’il ne le fait pas, je continuerais à l’aimer quand même (❤  ). Il a de l’influence auprès de ses amis et certains commencent à se poser aussi des questions, et si c’est plus pour des questions de santé, ce n’est pas grave, l’essentiel c’est que ces réflexions finissent par profiter aux animaux d’élevage !

Les années passent et le plus difficile ça reste quand même le désespoir de lire et de voir toute cette souffrance animale, qui ne semble jamais s’arrêter, à croire que les êtres humains sont créatifs quand il s’agit d’inventer de nouveaux systèmes pour les faire souffrir. C’est ça le plus dur. Pas les moqueries ni l’entourage qui se contrefout de votre engagement. Ma réponse à ça c’est continuer d’agir, de donner, de s’informer pour informer autour de soi, continuer le bénévolat pour apprendre à connaître les animaux rescapés de l’horreur de l’élevage, les voir heureux de vivre, en liberté, c’est ma récompense. Si je n’ai qu’un conseil à donner à tous les vegans qui se sentent inutiles face à l’ampleur de cette souffrance animale, c’est de donner son temps dans les refuges et les sanctuaires pour animaux, ça a du sens, c’est de l’amour, ça réconcilie avec la vie (parce que parfois on déprime, eh oui !).

Devant l’ignorance des omnivores, devant leur mépris, il faut rester fort, déterminé, informer uniquement quand on sent que c’est possible, ne pas faire de forcing parce que nous représentons les animaux, ce serait dommage de donner une mauvaise image du véganisme. Avec toutes les conneries qu’on lit sur les réseaux sociaux et qui font du mal au mouvement, la meilleure chose à faire c’est peut-être de rester positif, de montrer qu’être vegan ne change rien, qu’on peut continuer à vivre comme avant mais….sans souffrance animale. Inviter nos amis à dîner, les épater par la bouffe, ça marche ! Parler l’air de rien des produits de beauté non testés sur les animaux qui sont de plus en plus accessibles, bref, informer mais dans la joie et la bonne humeur.

Nous sommes de plus en plus nombreux !

(L’année dernière pour mes deux ans, je disais que j’avais arrêté de fumer, je n’ai toujours pas repris et je me suis même mise au sport, c’est dire !)

Publicités

5 réflexions au sujet de « Après trois années de véganisme, quel bilan ? »

  1. J’ai fêté mes 3 ans de véganisme en février et je me retrouve dans ce que tu dis ! Effectivement, on ne peut pas tout faire et on ne peut pas être parfait.e tout le temps. Surtout quand les simili-carnés deviennent facilement accessibles, c’est parfois dur de se dire « bah non, je ne goûte pas, ça fait trop de déchets ». Bon, c’est pas une raison pour remplir la poubelle non plus mais je pense qu’il faut déculpabiliser par rapport à ça : on en fait déjà beaucoup ! 🙂 Quoi qu’il en soit, félicitations à toi (surtout pour l’arrêt de la cigarette, ça c’est chouette pour les animaux et ta santé surtout !) et j’espère que tu fêteras ça avec un bon gâteau végane haha ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s